Une motocycliste de Thunder Bay découvre à moto une culture et un univers tout nouveaux pour son plus grand bonheur

L’APPEL DE LA ROUTE

Une motocycliste de Thunder Bay découvre à moto une culture et un univers tout nouveaux pour son plus grand bonheur


Robin Bowles

Je n’aurais jamais pensé qu'à 40 ans, ma nouvelle passion consisterait à m’asseoir confortablement à l'arrière d'une Harley-Davidson® Street Glide® 2014 en route vers des destinations proches ou éloignées. Pourtant, c'est exactement ce qui s'est passé un certain printemps, lorsque j'ai rencontré l'amour de ma vie, un passionné de moto.



Si vous aviez demandé à mes amis de me décrire, « aventurière » et « téméraire » n’auraient pas fait partie de leur vocabulaire. « Prudente », « sage » et « poule mouillée » auraient été des adjectifs plus probables pour la personne que j'étais avant de rencontrer Phil Isenor.

On s’est vus pour la première fois par une journée frisquette d'avril, ce qui n’avait pas empêché Phil de sortir sa Harley®. Après ce premier contact prometteur, on s’est donné rendez-vous pour un souper le lendemain soir. J'ai appris plus tard qu'il était impératif pour lui que j'aime faire de la moto parce que Phil y consacrait une bonne partie de son temps l'été. J'ai réussi le test avec brio. Dès notre première randonnée, j’ai eu la piqûre.

Deux mois après notre première escapade exaltante, mon compagnon et moi avons préparé un sac ridiculement petit (préparer ses bagages pour un voyage à moto est un art!) et sommes partis pour une aventure de deux semaines dans le Dakota du sud.

Il est vite devenu évident que, sur une moto, j’étais comme un poisson dans l’eau. Après avoir passé des heures interminables sur la route, j'ai rapidement appris à être aussi consciente de tout ce qui se passait autour de nous que mon compagnon – une seconde paire d'yeux qu’il appréciait. En même temps, je m’imprégnais les yeux et les oreilles de tout ce qui nous enveloppe quand on est sur une moto.

Au cours de ce premier voyage, on a passé du temps à Sturgis et à Deadwood. Rouler dans les Black Hills sur le Needles Highway, avec ses virages serrés (qui ont éraflé le silencieux une ou deux fois), ses ponts en spirale et ses tunnels, a été ma véritable initiation à l’univers du motocyclisme. C’était exaltant et j’étais accro.

Notre aventure estivale à moto est devenue une tradition à laquelle ni l’un ni l’autre n'étaient prêts à renoncer, même après l’achat d’un chalet. Nos randonnées sont devenues de plus en plus longues dans notre quête des plus belles routes aux États-Unis.

La troisième année, on a mis le cap sur le Colorado. Autant Phil aime improviser, autant j’aime tout planifier dans ma crainte de passer à côté d’une route géniale pour des motocyclistes. Avec cette combinaison de spontanéité et de recherche méthodique, on arrive toujours à trouver des parcours incroyables, comme le Million Dollar Highway et le Mount Evans Scenic Byway – la plus haute route asphaltée d'Amérique du Nord –, sans oublier l’expérience unique de rouler dans les Rocheuses. À mesure qu’on grimpait à des hauteurs où les pics embrassent les nuages et les bancs de neige bordent les routes, j’ai saisi toute la magnificence de ce monde dans lequel nous vivons.

Maintenant qu’on était là, on savait qu’on devait s’attaquer au Beartooth Pass. On a donc filé vers le nord, en passant par le Colorado et le Wyoming jusqu'à Yellowstone, puis jusqu'au Montana par le Beartooth Highway. On a parcouru plusieurs des plus belles routes américaines pour des adeptes de la moto, mais le Beartooth Pass pour moi remporte la palme.

On est allés à Las Vegas plus tôt cette année et, bien sûr, on a loué une Harley. Malgré le temps un peu maussade, on a pris la journée pour nous rendre dans la Death Valley. Les températures sont passées de 11 °C à 26 °C dans la vallée. Cela fait partie du jeu quand la passion de la moto nous coule dans les veines. Pas question de laisser passer une si belle occasion de rouler!

Cet été, pour notre quatrième randonnée annuelle, l'appel de la route se fait de nouveau sentir. Cette fois, on part à la découverte des Adirondacks et des Catskills.

Entre-temps, j'ai obtenu mon permis et suis devenue propriétaire d’une monture de petite cylindrée. La moto fait partie de moi maintenant. J'ai lu quelque part ce qui suit : « Quatre roues font bouger le corps; deux roues font bouger l'âme. » Je dois dire que je suis d'accord.