Iure uxoris.*

 

Un des avantages non négligeables d’être une femme, est de pouvoir parler des femmessans s’attirer les foudres des femmes. Ou du moins, sans être taxée de misogyne. Ou du moins, pas tout de suite. Il m’arrive - à l’occasion - de m’insurger contre certaines publicités que je trouve caricaturales, mais cela se produit surtout quand elles sont mauvaises. Il s’avère en effet, qu’une bonne pub qui verse dans les clichés sexistes et en joue parvient à me faire sourire, voire rire. Preuve, s’il en est besoin, que la femme est capable de rire, et même de rire d’elle-même, sans pour autant être à moitié dans le lit de qui que ce soit.

 

Et puis, il y les publicités inspirationnelles, comme on dit chez les pubeux : ce sont celles qui vous donnent la chair de poule, vous font sortir la boîte de kleenex de son tiroir, vous font sentir que vous appartenez à l’Humanité toute entière, que nous sommes tous frères et sœurs, qu’il y a quelque chose de plus grand que nous dans l’Univers… et à la fin, il y a un logo. Si la pub est bien faite, toute concorde à vous transporter du frisson à la larme, de la musique jusqu’à la voix off, et le spot se termine sur une phrase, une seule, qui amène votre émotion à son paroxysme.

 

Plus d'infos